La Mort d’Ivan Ilych est une expérience difficile, autant pour lui que pour nous. Enfin, plus pour lui maintenant, mais vous,vous vous prenez toujours autant la tête sur la mort.
Vous étiez pourtant bien tranquille avant cette lecture. Vous pensiez à la mort bien sûr, mais vous ne vous y attardiez pas, trop occupé à vivre. Et puis aussi, ce n’est pas très agréable. On a en effet trois possibilités me semble-t-il :

- être anéanti. Moui.

- Se réincarner. Moi, si je ne suis pas réincarnée en moi ou en chat, je préfère éviter.

- Aller au Paradis ou en Enfer. Le Paradis ça a l’air chiant. Et l’Enfer, dit comme ça… Sauf si on l’envisage comme Rowan Atkinson dans « La Vipère Noire ». Selon lui l’Enfer c’est cool puisque ce serait là où on la luxure, la paresse, la gourmandise font office de lois.

 Bref, toutes les raisons sont bonnes pour ne pas y penser et céder à la panique : « On a le temps. » « Ca n’arrive qu’aux autres ». C’est aussi ce que pensait Ivan Ilych jusqu’à ce que…

Mais je vais un peu vite. Voilà comment la nouvelle commence. Nous assistons aux funérailles d’un homme, et surprenons les conversations de ses proches qui ne semblent pas très émus par sa mort. Ils parlent argent. Ils pensent à la soirée qui les attend après l’enterrement. On ne sent pas de douleur de leur part, sauf chez un petit garçon silencieux à peine évoqué. On se sent pris d’une grande pitié, et même d’une certaine tendresse pour celui qui va être enterré.

(Ah non, ce n’est pas gai)

Puis, sans préambule, la deuxième partie de la nouvelle nous plonge directement dans la tête d’Ivan Ilych, alors tout jeune homme. Et là, on comprend un peu mieux la réaction de son entourage. Il n’est pas très sympathique, un chouilla tête à claques même. C’est un bon bourgeois médiocre menant une vie inintéressante. Il nous ennuie.

Un jour, il tombe malade. Pour être tout à fait honnête, je n’ai pas bien compris de quoi il s’agissait, si c’était un virus, ou un accident. Mais il est malade, ça c’est sûr.

Ivan Ilych comprend qu’il va mourir, et ça le terrifie. Son personnage prend du relief, mais à quel prix ! La moitié de la nouvelle est consacrée à l’expression de son angoisse, de ses interrogations. Il y a aussi de petites descriptions de douleurs bien sympathiques.
Le narrateur nous présente également une réflexion sur la solitude. Car Ivan Ilych est seul dans son agonie ou presque. Les gens sont mal à l’aise face à lui, entretiennent des conversations factices, font semblant de rien.

Ce livre m’a tellement stressée que j’en avalé une boîte de cookies.

La Mort d’Ivan Ilych nous présente le désespoir d’un homme face à l’absurdité et l’arbitraire de la vie. Mais ce fut tout de même une belle expérience de lecture, très intense.
Je ne me souviens pas avoir déjà lu de roman sur la maladie. Je me trompe ou c’est plutôt rare ? Il y a bien La Montagne Magique de Thomas Mann (pas lu), et La Tâche de Philip Roth (pas lu non plus) (ou l’art de parler de livres que l’on n’a pas lu), mais à part ça, je ne vois pas.

Et vous savez quoi ? Ca se finit bien.

Edit:

Elou ajoute La Maladie de Sachs de Martin Winckler
Rose: Morts imaginaires de Michel Schneider (ce n'est pas specifiquement sur la maladie, mais on reste dans l'ambiance)
Gabriel: Un Homme de Philip Roth
Erzébeth: Love story